Selon un rapport explosif de Bloomberg, près de 30 des plus grandes entreprises de technologie américaines ont été infiltrées par des espions chinois par le biais de minuscules micropuces, de la taille d’un grain de riz, placées dans leurs serveurs.

Ces puces auraient ouvert une porte dérobée au gouvernement chinois pour accéder à certaines des infrastructures les plus sensibles des États- Unis. Mais les sociétés citées dans l’article, Amazon et Apple, ont nié la validité de ces allégations.

Dans des démarches sans précédent, les deux sociétés ont publié des déclarations réfutant les affirmations individuelles du rapport. Ces déclarations viennent rassurer sans pour autant apporter la preuve que les affirmations d’espionnage sont fausses.

Le rapport a pris d’assaut le monde de la cybersécurité et les experts. Les membres du Congrès aux Etats-Unis commencent à parler, et certains demandent même une enquête sur les détails de ce qui pourrait être l’une des histoires les plus ahurissantes de l’année.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.